Skip to content
deep work travail profondeur

Deep Work : 5 Astuces pour se concentrer et optimiser son temps

Es-tu familier avec le deep work, ou travail en profondeur ? Popularisée par Cal Newport dans son livre best-seller du même nom, cette méthode de productivité se traduit par un état de concentration absolue que l’on va mettre à profit pour travailler sur un projet. Dans un monde où la distraction est reine et où des millions de contenus sont disponibles en un clic grâce aux nouvelles technologies, la capacité à se concentrer est devenue une qualité rare.

Notre cerveau, stimulé H24, peine à focaliser son attention sur une seule chose à la fois. Heureusement, la concentration est un art qui se cultive et s’apprend, notamment grâce à la méthode du deep work.

Voici donc 5 astuces pour appliquer le deep work et ainsi booster ton focus et ta productivité dans ta journée !

#1. Aménager des plages de Deep Work

La première astuce pour favoriser le deep work est de fragmenter son temps de travail sous forme de créneau horaire. 

Cal Newport, l’auteur du livre, recommande de commencer sa journée ainsi. Chaque matin, à l’aide d’un carnet, divise tes heures de travail en plusieurs blocs, auxquels tu attribues une activité spécifique. L’important ici étant de se réserver des plages entières pour le deep work.

Cette approche est ce qu’il nomme la philosophie bimodale. En consacrant des blocs de temps entièrement dédiés au deep work, tu gaspilles moins d’énergie à transiter d’une tâche à l’autre. Cela te donne aussi une sorte de cadre, que tu es plus enclin à respecter puisque tu l’as mis par écrit. 

Sache qu’un créneau ne doit pas excéder 3 ou 4 heures : au-delà, notre cerveau a généralement atteint son seuil d’efficacité maximum.

#2. Minimiser le shallow work

À l’exact opposé du prisme, on a le shallow work. Le shallow work, contrairement au travail en profondeur, ce sont toutes ces petites tâches superficielles et futiles, qui dévorent notre temps tout en générant peu de valeur. Typiquement : traiter ses emails, mettre en page des dossiers, répondre à des appels, etc.

Identifie ces micro tâches, puis délimite des créneaux à leur consacrer dans ta journée de travail et place-les dans ton planning autour des périodes de deep work. Une telle organisation te permettra de vraiment dédier ton attention aux actions les plus impactantes. 

Si l’on creuse un peu plus, on peut aussi classer comme shallow work les catégories de tâche que l’on ne maîtrise pas. En effet, si le montage vidéo ou la rédaction d’articles n’est pas ton fort, consacrer un créneau entier à ces tâches est-il RÉELLEMENT un usage pertinent de ton temps

Au final, tu risques d’y passer beaucoup de temps, pour un résultat moyen. Alors que si tu délègues à des personnes dont c’est l’expertise, tu vas te libérer un temps précieux pour travailler sur les activités dans lesquelles tu excelles. 

amenager plage deep work

#3. Éliminer les distractions

Réseaux sociaux, notifications, sollicitations de son entourage… Au quotidien, on est constamment assailli de distractions qui nous empêchent de nous concentrer. L’idée est donc de se créer un environnement de travail favorable à la concentration en éliminant ces distractions intempestives.

L’approche la plus drastique du deep work selon Cal Newport est la philosophie monastique. À l’image d’un moine, il s’agit de s’isoler complètement pendant de longues périodes (parfois plusieurs mois !) pour se concentrer à 100 % sur une tâche ou un projet.

Si cette approche te semble un peu trop extrême, tu peux déjà simplement réduire les distractions qui t’entourent. Cela requiert pas mal d’auto-discipline, et, si tu as des difficultés, il y a différents outils et astuces qui peuvent t’aider. Tu as des collaborateurs ? Commence par aller travailler dans une autre pièce. Si ce n’est pas possible, l’achat d’un casque anti-bruit peut être une bonne idée. 

Tu peux aussi tester des extensions et applications anti-distraction telles que Freedom, Stay Focusd ou Antisocial. Celles-ci bloquent l’accès aux applications comme Facebook et aux pages web pendant ta période de travail en profondeur. Enfin, sache qu’il existe des musiques pensées pour stimuler la concentration ; tu en trouveras des dizaines sur Youtube. 

#4. S’entraîner au Deep Work

Le Deep Work est une méthode de travail, certes, mais aussi et surtout une véritable compétence. Et comme toute compétence, il est rare de naître avec : il faut s’exercer pour la développer. Ne baisse donc pas les bras trop vite si tu as du mal à le mettre en pratique immédiatement. 

Imagine que tu veuilles apprendre à jouer d’un instrument : cela va te demander un entraînement régulier et rigoureux. Et bien, savoir contrôler son cerveau est assez similaire dans la façon de procéder. 

Dans une société où le divertissement est omniprésent, le contraindre à ne pas réagir au moindre stimuli est délicat. Il va te falloir apprendre à identifier et prioriser tes tâches importantes, couper ton téléphone et refuser toutes sollicitations externes. 

Dans le livre, Cal Newport parle de philosophie journalistique. Ici, il fait la comparaison avec le travail d’un journaliste, qui a parfois un délai très serré pour écrire et rendre un article. Il doit donc être capable “d’activer son mode deep work” très rapidement, à la demande et en ressortir aussi sec pour s’adonner à la tâche suivante. En un mot : la pratique !

#5. Faire du Deep Work une habitude

Pour terminer, fais en sorte de transformer cette méthode en habitude. Au lieu de planifier des périodes de travail en profondeur ici et là, de façon sporadique, définis une plage horaire précise dans la journée.

C’est la dernière approche évoquée par Cal Newport : la philosophie rythmique. Par exemple, si tu es plus efficace le matin, tu peux décider que ta période de deep work sera chaque jour de 9h à 11h. 

Ainsi, le deep work devient partie intégrante de ta routine de travail : c’est un rendez-vous journalier que tu ne risques plus de manquer. Cela apporte également une dimension de rigueur, essentielle si tu souhaites améliorer ta capacité de concentration absolue

Conclusion

Et voilà, tu sais dorénavant tout le Deep Work et sur comment aménager ta journée de travail pour maximiser ta concentration. Avec un peu de patience et de pratique, cette méthode peut vraiment faire des miracles sur ta productivité et accélérer l’aboutissement de tes projets. En plus de te rendre plus efficace, elle va aussi jouer un rôle fondamental sur ta satisfaction et ton plaisir au travail. Alors, on lâche Facebook et au boulot !

Table des matières

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *